Réponse à la Tribune de la majorité dans la Lettre d’information d’Avril 2017

A la lecture de la lettre d’information de Bièvres d’Avril et de la tribune d’expression des conseillers majoritaires, nous sommes consternés par les assertions mensongères vous laissant penser (et de façon bien belliqueuse !) que les élus minoritaires ne participent pas ou mal à la vie municipale.

Aussi nous vous devons quelques explications.

Nous ne sommes que six conseillers minoritaires élus (tous très actifs professionnellement et bénévoles !) à nous partager les présences et les travaux dans chacune des commissions quand celles-ci veulent bien se tenir.

Nous nous rendons à chaque fois disponibles quand elles sont annoncées suffisamment à l’avance et si elles ne sont pas déplacées ou annulées à la dernière minute, ce qui arrive souvent ces derniers temps.

Nous vous assurons que nous travaillons dur n’obtenant souvent que bien peu d’informations diffusées tardivement et dans des conditions maintenues difficiles par la majorité. C’est d’autant plus dommageable pour les Bièvrois.

Dans cette tribune, la majorité affirme en caractères gras qu’aucun des élus minoritaires n’était présent lors de la commission travaux du 26 janvier dernier.

Elle est bien mal renseignée et nous tenons à disposition la liste des conseillers municipaux présents et au besoin un compte rendu complet de cette réunion. Emmanuel Du Verdier était présent !
Doit-on conclure que Madame Ferry, Monsieur Douarre et Monsieur Parent qui signent cette tribune, et qui étaient présents à cette réunion, ne l’ont pas lu avant publication ?

C’est un bel exemple de démocratie interne.

La majorité se doit de rectifier ce fait incontestable dans leur prochaine tribune.

La majorité annonce d’autre part qu’une commission animation s’est réunie en septembre 2016. Nous ne trouvons aucune trace de la convocation des élus minoritaires désignés.

Que la majorité nous en adresse l’invitation ou un compte rendu, s’il existe !

Nous confirmons bien que la dernière commission Animation a eu lieu le 16 novembre 2015.

Depuis lors, uniquement des rencontres individuelles entre Amine Patel et (certaines) associations se sont tenues pour préparer et ajuster leurs subventions.

Nous sommes donc d’accord sur ces deux premiers points : Les « arrangements » avec la réalité finissent par lasser.

Nous considérons autant que la majorité, l’intérêt des Bièvrois et souhaiterions que la majorité accepte les règles de base de la démocratie locale, qu’une opposition existe, travaille et communique aussi avec ses concitoyens qui, pour près de la moitié, lui ont accordé leurs suffrages.
Ces Bièvrois attendent légitimement leur attention aux décisions et orientations de la gestion communale et à la transparence de celle-ci à laquelle pour notre part nous sommes très attachés.

Notre modestie n’a d’égal que la « paranoïa » de la majorité quant aux attaques personnelles répétées dont elle serait la cible et qu’elle préfère passer sous silence tant elles les indignent…

L’ensemble des Bièvrois (ou au moins à défaut l’ensemble des élus) seraient pourtant contents d’être éclairés si la majorité pouvait étayer ses insinuations redondantes ?

Pour le coup leur tribune d’avril apparait aux Bièvrois bien décalée au regard de celle des élus minoritaires.

Les élus de la minorité entretiennent, souvent depuis de très longue date, de bonnes relations avec la plupart des conseillers municipaux majoritaires.

Quels que soient les sujets pouvant nous diviser, nous croyons ces relations réciproques, franches, cordiales, souvent amicales et sans arrières pensées.

Il en est de même avec Madame la maire.

A l’échelle de Bièvres, les « techniques » de communication, toutes élaborées soient-elles, n’autorisent pas tout.
Bien amicalement

Les élus minoritaires

Hervé Hocquard, Florence Curvale, Emmanuel Michaux, Armelle Tohier, Catherine Palazo, Emmanuel Du Verdier

 BILLET
Mme la Maire dans le bulletin municipal de janvier souhaitait une ambiance cordiale et amicale dans la gestion des affaires communales. Malheureusement ces propos manquent totalement de sincérité et c’est tout le contraire qui se produit.  Ce sont petits sourires et paroles mielleuses par devant. Coup bas et mesquineries par derrière.  Il ne s’agit pas ici de pleurnicher car en tout état de cause les conseillers minoritaires font et feront leur travail avec d’autant plus de ténacité. Il s’agit surtout comprendre quelle est la méthode de cette municipalité, où les décisions sont formées dans le secret d’un tout petit groupe, suivies d’une pseudo concertation puis habillées par une communication publicitaire.
Nous vous invitons à suivre l’actualité municipale par les compte rendus des Conseils municipaux dans l’onglet dédié.

La municipalité se sépare du patrimoine communal et ne soutient que bien peu d’initiatives privées.
A l’inverse de ce que font les communes françaises soucieuses de protéger leur dynamique commerciale (voir article des Echos sur le lien ci-dessous) notre commune ne s’investit pas pour protéger, pour aider ou pour développer les initiatives, De nombreux commerces sont vides et le resteront. Economies, économies… jusqu’où ?
http://www.lesamisdebievres.fr/wp-content/uploads/2016/06/2016-06-09-Les-échos-Le-commerce-en-Bretagne.pdf

La bonne gestion des récentes crues par le SIAVB
Un article du Monde à découvrir sur le lien ci-dessous :
http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/06/10/dans-la-vallee-de-la-bievre-la-crue-et-les-inondations-ont-ete-contenues_4948060_3244.html

Le fonctionnement discutable de la Commune

En deux ans, le fonctionnement de la municipalité s’est dégradé. Les promesses de faire participer les Bièvrois sont aux oubliettes ! Voici trois exemples très parlants de ces dérives.

Des élus majoritaires qui ne s’impliquent pas !
Les comités consultatifs ne se réunissent pas : animation, culture, jeunesse, loisirs, sport, travaux… Si  de rares réunions s’organisent, plus de la moitié des majoritaires n’assistent pas aux débats. Ils sont pourtant tous maintenant fortement indemnisés sur un travail qui n’est pas fait !
Les majoritaires présents jouent ostensiblement avec leur téléphone portable. Ils ne répondent pas aux questions par ignorance du contenu des dossiers. Pas de travail préparatoire des sujets à traiter, en Urbanisme comme en Animation et Jeunesse.
…mais ils votent !! Et engagent la municipalité sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas
….et représentent les Bièvrois…à l’aveuglette.

Un management humain déplorable de Mme la Maire au détriment des services rendus au Bièvrois
Depuis 1 an on assiste à des démissions ou mises à l’écart en chaîne d’agents municipaux (y compris parmi des cadres fraîchement arrivés), à un nombre inhabituellement élevé d’absences maladie. Voilà le résultat d’un certain type de « management » social et humain du personnel communal. Le pire est que ces méthodes finissent par :

  • pénaliser fortement l’avancement des dossiers (chemin de la Martinière gelé, lien piéton du Renouveau reporté, réception des chantiers décalée etc.)
  • faire dépasser les délais de dépôt des demandes de subventions (Grange aux Fraises)
  • réduire la disponibilité des équipes communales pour les Bièvrois

Des décisions anti-démocratiques contre la minorité

Oubliant que les élus minoritaires sont des élus à part entière, madame la Maire s’efforce de contrecarrer leurs travaux. Sans parler des constantes mesquineries qui seraient sans intérêt si elles n’émanaient d’adjoints au Maire, censés représenter l’intérêt général, elle a ainsi suspendu pendant 6 mois les permanences des conseillers minoritaires du samedi matin pour cause d’insalubrité du lieu (sans proposer de salle de remplacement).

Sur demande des conseillers minoritaires, la Maire leur accorde un entretien au bout de ces 6 mois… avec une surprise de taille! Plutôt que de s’engager à respecter les règles de bon fonctionnement municipal, la Maire annonce la suppression de tout ce qui la gêne:

  • Suppression définitive des permanences des minoritaires le samedi matin (créneaux proposés: le mardi à 20h30 ou le jeudi à 14h00 !!!!!)
  • Interdiction de recevoir les Bièvrois dans cette permanence
  • Suppression des questions écrites au Maire
  • Refus du Comité des Sages : composé de 3 membres qualifiés, l’objet de ce comité est de veiller aux conflits d’intérêt dans les décisions municipales. La Maire refuse sa mise en place et récuse (sic !) toutes les propositions de personnalités qualifiées et compétentes que nous avons faites. Craint-on quelque chose de l’avis indépendant de ces Sages?

Bien entendu, nos élus vont continuer avec ténacité à enrichir le travail municipal, au sein des groupes de travail, des commissions et du Conseil Municipal, afin que les décisions prises aillent dans l’intérêt unique de Bièvres.

De nombreux dossiers posent problèmes ;
Finances, budget, urbanisme, travaux… Et démocratie locale.
Les conseillers municipaux de la majorité, bien que maintenant tous rémunérés ne s’impliquent pas ou font preuve d’amateurisme, les conseillers de la minorité bien qu’expérimentés ne sont pas écoutés.

La minorité privée de local de permanence

Ci-dessous le courrier adressé début septembre à Madame le Maire et une fois de plus resté sans réponse
Madame le Maire,
Le Règlement Intérieur du conseil municipal prévoit à l’article 28 la mise à disposition par la commune d’un local. Celui-ci permet aux élus minoritaires de se réunir et d’effectuer leurs permanences hebdomadaires. Cette disposition est une application directe de l’article L. 2121-27 du code général des collectivités territoriales. Pourtant depuis la semaine précédant le samedi 27 juin 2015, soit plus de deux mois et demi, les conseillers municipaux minoritaires ne disposent plus de local.
Malgré plusieurs échanges de courriels avec votre premier adjoint depuis cette date et une réunion planifiée le 9 septembre pour aborder ce sujet et annulée par vos services à la dernière minute, la situation n’a pas évolué. Par ailleurs nous avons bien noté que les élus majoritaires pouvaient eux continuer à bénéficier du local du rez de chaussée de la mairie pour tenir leurs permanences.
Nous vous demandons par la présente de bien vouloir vous mettre sous huitaine en conformité avec le code général des collectivités territoriales et l’article 28 du Règlement Intérieur du conseil municipal en proposant une solution adéquate aux élus minoritaires.
Enfin, nous vous rappelons le contenu de notre courrier du 10 juin 2015 abordant de nombreux dysfonctionnements (mise en place du comité des Sages, rencontre avec les élus minoritaires sans cesse reportée/annulée, commissions qui ne se réunissent pas etc.) et qui n’a reçu aucune réponse de votre part.
Veuillez agréer, Madame le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.
Les Conseillers Municipaux de Bièvres Ensemble Hervé Hocquard, Florence Curvale, Emmanuel Michaux Catherine Palazo, Emmanuel du Verdier, Armelle Tohier Copie

AUTOSATISFACTION ET DIVERSION

La majorité municipale use sans retenue du dernier magazine municipal pour s’auto-congratuler. Elle en éprouve d’autant plus le besoin que ce bilan après deux années est nettement négatif. Les récents choix sur l’urbanisme, les conséquences financières des choix sur les hommeries, le dossier de Vauboyen, la gestion calamiteuse de l’expulsion des familles de la gourmadière… sont désastreux. La présentation qui en est faite est un joli exercice de propagande où les mots et les slogans se moquent des réalités.

La majorité au mépris de la vérité laisse entendre que notre conseiller régional et ancien Maire de Bievres Hervé Hocquard s’opposerait au financement des murs antibruit
Qu’on se rassure, s’il en est besoin
·         Que le financement des murs antibruit a été obtenu de l’Etat, de la Région et de Versailles Grand Parc alors qu’il était maire.  Avec les associations de défense et ses collègues élus il s’était démené pour obtenir ce résultat dont nous pourrons bientôt apprécier la concrétisation. Les courriers reçus alors du Préfet de Région et de la Région, l’enquête publique lancée par l’Etat en 2012 en attestent. Le contrat de projet Etat-Région voté par la majorité régionale ne fait que reprendre ces engagements. Il n’y avait donc pas d’enjeu véritable sur le sujet.
·         Avec le groupe auquel il appartient Hervé Hocquard a cependant voté contre le Contrat de projet Etat-Région parce qu’il a été mal négocié par la Région, n’en déplaise aux signataires de la tribune qui en font un curieux panégyrique.  Ce dossier de 7.300 millions d’euros (sur 7 ans) comporte des choix dangereux et des lacunes importantes pour notre région. Il faut savoir en particulier que notre Région ne va gérer que 2% des fonds structurels européens  consacrés à la France… alors que l’Ile de France représente 25% de la population nationale. Il faut savoir aussi que les financements qu’il prévoit pour l’amélioration des transports en commun sont très insuffisants. Il ne pouvait être question de l’approuver…  d’autant que nos murs anti-bruit étaient à l’abri de tout danger. Aujourd’hui cependant la majorité au Conseil régional a changé, a suivre donc…

Cette tribune n’était qu’une vilenie, une hypocrisie de plus…  qui permet d’esquiver les vrais sujets.